Interviews Josse Wave

LA FEMME « On veut rester neutre »

By on 6 février 2017

La flamme de Paris (Zénith le 27 janvier 2017)

10 mois après son passage complet à l’Olympia en forme de messe musicale révélatrice de son nouvel album “Mystère”, La Femme remplit à guichet fermé le Zénith en promettant le gros show !

Les concerts à Paris sont toujours synonymes d’événement, mais ce coup-ci le groupe offre un spectacle inédit et haut en couleur face à 6 200 fans aimants, avec pas moins de 14 intervenants supplémentaires pour que vive la performance humaine. Comme au Trianon en 2013 et à défaut d’effets spéciaux numériques propres aux gros shows, le groupe s’est joint les services de la troupe House Of Drama avec qui il fusionne parfaitement, pour une partie chorégraphiée érotico costumée des plus excentriques. Pour la partie musicale, le sextette est accompagné de 3 violonistes apportant les mélodies sur des sphères de haute romance, ainsi que de 4 chanteuses invitées, dont la fidèle Clara Luciani qui officie également avec le groupe Nouvelle Vague.

L’intervention surprise de DJ PONE amenant La Femme sur les sphères d’un nouveau genre de Trip Hop fait monter le niveau musicale. Et quand le bidouilleur électronique Jacques se met à la guitare sur un “SSD” endiablé, c’est avec des riffs de guitare wawa funky à la M que l’on se régale. Seul le modèle Grace Hartzel manque à l’appel, bien que 2 belles immenses toiles de chaque côté de la scène la représentent comme l’égérie du “Sphynx”.

clemence sphynx

L’entrée sensationnelle sur « Sphynx »

Autre particularité du show, un petit couloir central fait office d’allée dans le public pour que chacun des performeurs de House Of Drama, ainsi que Clémence Quelennec et Marlon Magnée en tête chez La Femme puissent se livrer corps et âme. Les 2 vocalistes centraux sur la scène, coupables des principaux hits de “Sur La Planche” à “Où va le Monde ?” se mutent tantôt en pop star et tantôt en sex-symbole. Clémence avec les cheveux tirés en arrière, sensuellement maquillée et vêtue d’un haut en résille donne une nouvelle image de femme fatale que l’on croirait sortie du film Show Girls de Paul Verhoeven. Tandis que Marlon, lui, oscille avec une énergie foudroyante entre le chanteur de charme et le punker, le claviériste concentré et le danseur sexy, la bête de scène et le voyageur interactif dans le public. Voyage, c’est bien de cela qu’il s’agit dès l’introduction époustouflante de “Sphynx” qui de sa mise en scène à l’envoûtement mélodique a tout de l’embarquement à bord d’un tapis volant géant, que ne renierait pas Mylène Farmer dans une autre dimension underground.

Après cet envol, tous les morceaux, déjà classiques pour la plupart, s’enchaînent avec cohérence et expérimentations sur des versions soignées. Mention inédite pour la version électro baroque de “La Femme Ressort”, et mention fantastique pour le subliminal “ It’s Time To Wake Up”. L’humour entretenu essentiellement par les musiciens fanfarons Nunez Hijo ( tantôt déguisé en écolier sur “Septembre”) ou Sam Lefevre (en clown dans la seconde partie) a aussi une place importante dans le show. “Et quand tu vomis dans la cuvette” narraté avec une telle nonchalance par le discret Sacha Got sur “SSD fige l’instant comme du déjà vécu.

Sacha SSD

Sacha :  » Et quand tu vomis dans la cuvette « 

Vécu qui oscille entre la fascination du délire et l’entrain sur le rythme Disco Pop, quelque peu emprunté aux Belges de Vive La Fête sur “Nuit Blanche”, en 2004. Observer les gradins debout et dansant comme un seul homme tout le long du concert, que dis-je, comme une seule jolie femme lookée tout le long du spectacle plus entendre les éloquentes ovations est source de satisfaction. L’idée que rien n’est anodin dans cet engouement réunificateur est bénéfique. Le seul bémol, tout petit, de ce fascinant concert intense de plus de 2 heures est qu’il fût impossible de tout réaliser en direct malgré les ressentis du plaisir, l’entêtement des titres, et le gros travail de créativité fourni par les protagonistes.

la femme et violons

Merci JF Julian pour ses splendides clichés [ https://www.instagram.com/iloveyoutous/]

En conclusion, il est évident que La Femme  à force de persévérance a gagné ses paris (inclus la ville illuminée à l’ancienne) et que le public, lui a imprégné le souvenir d’une date clé, voire d’anthologie. La question que l’on se pose à l’issue, c’est : “où va La Femme à présent ?” Marlon joint au téléphone le jeudi 02 février a dévoilé ce nouveau mystère :

Le gros concert du zénith vient de marquer la fin d’une énorme tournée accompagnant l’album Mystère… mais aussi amener La Femme dans une dimension victorieuse.  Es-tu bien remis de tes émotions et de cet accomplissement ?

Carrément, j’ai mis un ou deux jours pour m’en remettre… On a été vachement content que cela a pu marcher comme on le voulait, car on ne savait pas trop ce que cela aller donner un tel spectacle.

En plus, il y a eu pas mal d’apport avec Jacques et surtout DJ Pone en live qui est je trouve magistral ! Est-ce que la collaboration sonore pourrait évoluer et perdurer à l’avenir ?

Ouai grave ! On s’est dit pourquoi pas l’amener cet été dans les festivals puisque c’est vraiment bien et un plus pour le concert.

Ce coup-ci il n’y a pas eu de témoignage vidéo officiel pour le zénith ?

Non, parce qu’en fait, on a déjà eu 2 captations officielles en festival ( St-Malo et Rock en Seine 2016, NDLR) et qu’aucune prod ne voulait prendre le risque de produire un troisième concert. C’est dommage vu qu’à la différence des shows en festival, là il se passait beaucoup de choses et que le rendu aurait été cool… Du coup, il y a quand même des équipes à nous qui ont filmé pour avoir des images d’archives personnelles.

Oui, c’est dommage, car je t’avoue ayant vécu le show des gradins, je n’ai pas pu tout voir, assimiler et écouter, tellement il y avait d’actions et de performances. C’était énorme quoi !

Oui, il y a pas mal de choses que j’ai moi-même pas comprises et que j’ai réalisé après en regardant les vidéos sur Internet avec les chorégraphies, les danseurs, l’ampleur du spectacle et tout. C’était cool.

Marlon clavier

Marlon : « Il y a plein de choses que je n’ai pas comprises »

L’été dernier le fameux magazine Rock&Folk, vous titrez en couverture : “l’année de la Femme ? ” avec un point d’interrogation. Maintenant que l’année est passée, 2016 était-elle vraiment l’année de la femme ?

Oui, on peut dire cela, on a sorti notre album, programmé le zénith, fait plein de trucs… des clips vidéos, etc…. Mais après, il reste encore beaucoup de choses à réaliser.

J’imagine, et justement n’y avait-il pas un projet de film en lice ?

Si, on est train de faire un documentaire depuis un moment…

Avec des extraits de live ? oui ( je n’en saurais pas plus, à savoir si le projet est destiné à une prochaine sortie en DVD/BlueRay, NDLR)

As-tu aimé jouer à l’acteur dans la mini-série des inrocks ?

Oui, j’ai adoré cette expérience. Après je ne me reconnais pas trop dans ce personnage, car je l’ai trouvé un peu too much. Du coup, je n’aime pas trop regarder la série.

Tu as eu d’autres propositions depuis ?

Pas vraiment eu de proposition mais l’envie de réaliser mon film…

“Mystère” a bénéficié  d’un gros succès d’estime médiatique notamment avec la une des Inrockuptibles vous qualifiant de “l’avenir du Rock en France”, suscitant une « polémique » car une certaine catégorie d’amateurs ont pensé que la formule était démesurée, avant de créer une pétition pour vous interdire les plateaux TV.  Cela t’as affecté ou tu t’en fiches ?

C’est un peu triste, mais cela ne m’affecte pas trop au point non plus de faire une dépression, ça va. Après c’est la vie, tout le monde ne peut pas aimer le groupe. On comprend aussi que cela puisse énerver de titrer “l’avenir du rock en France”. Peut-être si cela avait été avec un autre groupe, cela nous aurait énervés aussi.

la femme de dos

Dyna Digger verso (versus Madonna/Gaultier)

J’ai l’impression que beaucoup de gens ne perçoivent pas le potentiel multi-facette de la créativité chez la Femme, et s’en tiennent à un seul titre survolé à la tv par exemple, pour juger…

Oui ça c’est vrai !

À l’étranger les gens semblent mieux comprendre le concept de La Femme (éloge britannique :  https://www.theguardian.com/music/2016/nov/14/la-femme-superchic-french-band-hoodwinked-red-carpet-interview?CMP=twt_a-music_b-gdnmusic ). La Femme est-elle incomprise en France ?

Cela dépend (silence). Ce qu’il y a avec l’étranger, c’est que les gens critiquent moins la musique, aussi quand ça marche.

Tourner avec les Red Hot Chili Peppers qui vous ont notamment soutenu par le biais de la photo after-show a-t-il été bénéfique ?

C’était super-sympa de leurs parts et tourner avec eux, vraiment cool. C’était assez agréable, on a appris beaucoup de choses, comment le groupe fonctionnait à cette échelle-là, les contrats, des trucs assez intéressants comme çà. Et même pour chacun de nous cela nous a aidé à appréhender la grosse tournée ainsi que le zénith.

J’ai vu circuler sur la toile qu’à  New York avec Sacha lors de la tournée automne 2016, vous avez donné en duo un set live sur Drum Machines… à quand la même à Paris ou ailleurs en France ?

À New York, ça tombait bien, mais ce serait cool de faire cela. Comme il n’y avait que Sacha et moi c’était assez facile à mettre en place, notamment avec les répétitions. Sacha Got

Cela devait sonner plus Electro ?

Cela dépend parce que la boîte à rythmes était juste là pour soutenir le rythme sur la thérémine et la guitare acoustique. 

Plusieurs titres seraient en attente d’enregistrement (dixit Sacha à Rouen, en septembre 2016), est-ce que vous allez sortir un troisième album rapidement ou vous réservez ces inédits pour une nouvelle édition de “Mystère” ?

Plutôt pour le troisième album directement ! Il ne devrait pas y avoir de nouvelles éditions de Mystère ou peut-être avec des remix…

Justement en parlant de remix, toujours pas de remix officiel pour la Femme? Justice ou d’autres artistes n’ont pas été tentés ou en définitives l’idée du remix est incompatible avec la femme ?

Non pas trop et il y a plein de petit remixeur qui nous ont proposé des choses mais on a été un peu sélectif car on est pas trop encore entré dedans. On attend la fin de l’album. (Le remix que j’ai proposé à Marlon et réalisé par l’ami dunkerquois FATHERLESSCHILD pour “Sphynx”, sera publié sur la toile avant l’été, NDLR)

Concernant le futur album allez-vous prendre une direction aussi variée que sur les 2 premiers albums ou au contraire suivre une trame plus homogène ?

Alors le décalage sera aussi varié qu’entre Psycho Tropical Berlin et Mystère, mais avec une orientation plus posée, je pense. Les morceaux seront sans doute aussi plus lents.

@graciehartzel on tour

@graciehartzel on tour

Ta petite amie Grace Hartzel apporte une touche internationale remarquable sur le titre “Always in the Sun”  ainsi que lors de ses précieux et rares passages sur scène. Est-ce que vous allez encore travailler avec elle ?

J’espère oui, on a déjà de nouvelles démos où elle chante… 

J’ai lu qu’elle voudrait réaliser un album solo ? (Pour celles et ceux qui ne le savent pas, Grace est aussi un peu l’image de La Femme, notamment depuis Mystère. La pochette et clip de Sphynx c’est elle, l’affiche de l’Olympia, etc, NDLR)

Oui, mais elle ne sait pas encore trop quelle direction prendre, acoustique ou électronique. Elle prend actuellement des cours de guitare… Ce n’est pas pour tout de suite.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce projet délirant de faire Paris-Biarritz à pied, organisé avec Sacha et qui débute le 1er mai ?

C’est un projet que l’on a envie depuis longtemps, un peu à la manière des troubadours et des ménestrels, cela nous plaît l’idée de marcher pendant 2 mois à travers la France avec une guitare sèche…

Il y aura une traçabilité de ce projet, style vidéos en direct sur Facebook ?

Peut-être mais on ne veut pas prendre de téléphone, faire une pause et se consacrer au rituel… (le duo est en train de voir comment s’organiser avec les invités pour des étapes le long du parcours, NDLR )

Donc déjà de nouvelles dates de concerts sont annoncées pour les festivals d’été, c’est reparti pour une nouvelle tournée ?

On fait juste des dates pour l’été et à priori on arrêterait la tournée en septembre ou début du mois d’octobre, avant de se faire un break de 10 mois (le break concernant les live, NDLR).

la tendre emeute zenith

le Rock libre et indescriptible de la tendre émeute

Vendredi prochain ce sont les Victoires de La Musique avec votre nomination pour la catégorie “Album Rock de l’année” ! Est-ce que l’aspect un peu solennel et commercial grand public de cette cérémonie est compatible finalement avec la formule Rock libre utilisée notamment avec vos confrères de “La Tendre Émeute” sur scène ? 

Ce n’est pas compatible, mais après je pense qu’il ne faut pas baisser les bras et même qu’il faut envoyer le plus possible de groupe un peu barré dans le système commercial de façon à le faire changer petit à petit. C’est pour cela si finalement des groupes se pose la question à rentrer dans le système ou non, je pense qu’il faut qu’ils y aillent afin de sauver les oreilles des gens, qu’ils s’habituent à autre chose que la sauce qu’on leur sert. Ce qui est incompatible pourrait devenir compatible.

En fait, je pense que La Femme a un pied dans l’underground et un autre dans le grand public ! (Les groupes qui fonctionnent le mieux et survivent le plus longtemps ! De The Prodigy ou Indochine pour n’en citer que 2 diamétralement opposé, les exemples ne manquent pas)

Ouai grave !

Récemment, et même discrètement (peu d’écho sur la toile) vous avez joué bénévolement pour un concert de l’association les éveillés en faveur des exilés. La Femme est-elle en train de devenir un groupe engagé et emblématique pour la nouvelle scène française ?

Non pas vraiment, on n’a pas envie d’être attaché à un mouvement ou quoi que ce soit. On laisse cela aux autres groupes qui le font bien comme Bagarre, Salut C’est Cool ou La Tendre Émeute, qui nous ont, d’ailleurs, invités. On est engagé à notre façon, mais on n’a pas envie d’avoir la pression et préférons rester neutre.

En fait cela répond parfaitement au côté multi-facette et insaisissable de La Femme non ?

Oui carrément !

avec Marlon au rouge à Lille le 15 décembre 2016

 

Ce nouvel entretien avec Marlon (me) confirme de l’intégrité et de la bonhomie qui l’habite, mais aussi qu’à seulement 25 ans, il possède une maturité remarquable pour garder autant les pieds sur terre. Avec son groupe, il fourmille d’idées constructives et audacieuses pour que la carrière prospère et à notre époque de surconsommation musicale futile,  c’est un acte de bravoure. La Femme n’est peut-être pas l’avenir du Rock en France, mais qu’importe, c’est déjà son *present (*en anglais également valable dans le texte). La Femme vous tend la main, il n’ y a qu’à la saisir.

TAGS
RELATED POSTS