Chronique

YAN WAGNER + Weekend Affair à la Cave aux Poètes

By on 8 février 2018

Vendredi 3 février 2018, l’association Bains De Minuit Productions organisait une soirée double Live événement à la Cave aux poètes à Roubaix, en programmant à la suite le duo Synthpop lillois WEEKEND AFFAIR plus le Crooner Electro parisien YAN WAGNER.

Alors que les premiers entamaient leur nouvelle tournée promouvant la sortie de leur nouvel album « Du Rivage » (paru le 2 février 2018 sur le Label Play It Loudly), le second déjà rodé, présentait un nouveau show version club, seulement 4 mois après son passage à L’Aéronef.

Weekend Affair sur scène, ce sont 2 musiciens complémentaires, Cyril Debarge à la batterie et le chanteur Louis Aguilar à la basse, interprétants des pop songs sur une base électronique programmée. Respectivement connus avec leurs 2 autres projets, le trio Electro Punk We Are Enfant Terrible pour Cyril et une carrière solo de Crooner Folk pour Louis, la réunion des 2 artistes se présente classe et enjouée. Pourtant, ce premier nouveau show n’a pas totalement convaincu ce soir, car il manquait à leur performance l’humour contagieux auquel j’étais habitué. Alors que les titres anglophones du premier album « Welcome to Your Fate », orientés New Wave et Electro pop, sonnent toujours si hypnotiques, le virage du chant tout en français sur les titres de « Du Rivage » sonnent (trop) monocordes. Difficile de retrouver la note hédoniste ressentie sur le single « Descends », admirable en version studio :

WEEKEND AFFAIR : « Descends » l’ode aux vacances barrées

Néanmoins, Weekend Affair jouent impeccablement bien et l’originalité de leur groove claironna idéalement pour ouvrir en première partie de Yan Wagner, le spécialiste du Live électronique.

Le décor emblématique de La Cave aux Poètes, avec ses néons graphiques, n’a jamais semblé si synergique que ce soir, lorsque Yan Wagner accompagné par le claviériste Rémi Foucard et le batteur Jérôme Laperruque, prennent possession du plateau.

Dès la plage instrumentale d’introduction « This Never Happened », qui ouvre également le dernier album éponyme, le trio fusionne sur scène et électrise l’audience. Plus décontracté qu’à L’Aéronef, malgré sa grande taille qui lui fait érafler le plafond de la Cave aux Poètes, Yan Wagner développe son set de mille bonnes vibrations. Rien de ses performances mélodieuses au clavier ou manipulations réjouissantes aux machines (Pitch, Loops modulés, Reverb etc ) n’échappe au public. Tandis que Jérôme le batteur joue avec l’énergie métronomique attendue, le complice Rémi garanti le bon supplément Synth Touch.

Mais, Yan Wagner, c’est aussi et avant tout une voix humaine, indéniablement liée à celle de Dave Gahan (période 1983/1990, quand celui-ci sonnait encore intrinsèque à la scène électronique). Sans être jamais pompeux, Yan Wagner prend un plaisir palpable à faire vibrer son timbre chaud bouillant, inséparable du baryton. De la même façon que ses petits pas de danse et gestes élégants agrémentent le charisme show man au centre de la scène, quand ce n’est pas au milieu du public (sur « Forty Eight Hours » plus NewOrderesque que jamais).

Les versions proposées des morceaux de la set-list sonnent franchement plus énergiques qu’à l’Aéronef. « Blacker » et « SlamDunk Cha-Cha » du dernier opus, magnétisent par leur sensualité. Un morceau inédit offert ce soir, enflamme de son potentiel rétro 80’s, tel un hit connu. « Vanished » et le classique « Changed » sont revisités de façon à booster la cave en Dancefloor.

C’est un show sans faute jusqu’au rappel. La chanson « It Was A Very Good Year », repris majestueusement de Frank Sinatra, forge une émotion proportionnellement nostalgique à l’intensité du set qui se termine en beauté. Car, Yan Wagner a offert une performance « hybride » Electro Pop, parfaitement équilibrée entre ses facettes Clubber et Crooner, teintée de variantes musicales (New Wave, Synthwave, Techno, House, Italo-Disco, et plus encore). Vécu comme un précieux moment de grâce, le souvenir est d’ores et déjà classé au rang du culte.

[ Contribution des vidéos de « Changed » et « It Was A Very Good Year » par Greg Sampler, de Galaxie Radio, 95.3 FM ]

TAGS
RELATED POSTS